• -

    Coup de révolte

     

    La bourgeoisie, petits parvenus, qui se prennent pour Dieu le Père, ou va-t-on !!!

     

    Le monde est dirigé par une poignée de dictateurs pleins aux as, qui se foutent pas mal de la misère dans le monde.

     

    On délocalise, on ferme des sociétés au nom du fric, ce fric qui pourri tout !

     

    On fait des découvertes dans tous les domaines, à quoi cela sert-il si les petites gens ne savent pas se les payer notamment dans le médical.

     

    C'est de l'euthanasie préméditée, il faut qu'ils meurent les bougres, ils coûtent trop cher à la sacro-sainte société !!!

     

    Tout cela a des relents de fascisme et de despotisme, à quand la révolution, le peuple doit réagir plus violemment.

     

    Matraqués par les médias et l'audio visuel, on ne pense qu'aux vacances et basta pour le reste.

     

    Tout cela est bien triste, mais le printemps est à nos portes, les oiseaux chantent mais pour combien de temps.

     

    Peut être qu'un jour un de ces despotes trouvera cela trop bruyant et les fera tous assassiner !!!

     

    Enfin vaut mieux en rire, mais d'un rire jaune et merde pour le quand dira-t-on.


    28 commentaires
  • Centre de nos pensées et de nos actes

    Toi qui gère nos émotions, nos sentiments

    En nous tu règnes tout puissant

    Parfois avec gentillesse, ou avec tourment

    Mais à tes dépens

     

    Au départ tu étais inconscient vivant.

    Rapidement de toutes parts tu as été attaqué

    Par les idées qu'on voulait d'inculquer

    Souvent par insistance ou châtiment

    Pour ton bien naturellement.

    Devenu grand, tu as voulu exprimer tes sentiments

    Au grand demeure de tes parents.

    Tu t'es révolté pour affirmer ton identité.

    Un homme tu es devenu avec son moi affirmé

    Sachant s'adapter à la vie, la réalité.

    Si tu as refoulé tes peurs d'enfant et d'adolescent

    Tempétueux est devenu ton subconscient.

    A tous tes désirs nous sommes soumis.

    Meurtri pour la vie

    Triste réalité à constater

     

     

    Papa, Maman, soyez à l'écoute de vos enfants

    Prenez soin de leurs sentiments

    Leur joie de vivre en dépend !

     

    Ses parents on ne les choisi pas

    On vous les impose

     

     

     

     

     

     

     


    29 commentaires
  •  

    Rare sont les vrais amis.

    Ceux qui sont présents

    Pour partager vos joies et vos tourments.

    Qui vous tendent la main

    Quand vous en avez besoin.

     

    Mais ou est passée l'entraide d'antan

    Dans un monde ou maintenant tout est basé sur l'argent.

    Pour beaucoup l'amitié est un échange de bons procédés

    Procédé qui est basé sur l'échange

    Si vous n'avez plus rien à donner, à échanger

    Le cordon est rompu on ne vous connaît plus.

     

    Que fait- on de la misère du monde

    Quand l'abîme entre les riches et les pauvres

    Avec le temps, ne fait que s'agrandir lentement mais sûrement

     

     

    Mais je reste positif quand à l'avenir de nos enfants

    Car ils comprendront que vivre c'est partagé

    Enfants de mon cœur, le bonheur peut encore exister

    Il suffit de vous aimer

     


    53 commentaires
  • Oh mon  Dieu

     

    Créateur du ciel et de la terre

    Ou es-tu, que fais- tu ?

     

    Tu nous a laissé pour nous guider

    Des corbeaux et des grenouilles de bénitiers

    Pour les diriger un politicien plus qu'un chrétien

    Reprends les choses en mains !

     

    Toi miséricordieux

    Pourquoi laisses- tu tant de misère en ce bas monde

    Je sais tu as fort à faire sur cette terre

    Un ouragan, un tremblement de terre, la guerre en Irak

    Mais n'es-tu pas omniprésent ?

    Alors pourquoi n'écoutes-tu pas les supplications

    de tes enfants désarmés, qui n'ont plus que toi comme seul recourt

    Ne penses-tu pas que cela vaut bien un détour !

     

    Enfin, je deviens vieux, mais je ne perds pas espoir qu'un jour...

     

    Votaire a dit :

    La religion est l'opium du peuple.

    N'aurait-il pas raison ?


    10 commentaires
  • Le solitaire sort de sa tanière

    Pour vous dire une fois l'an

    Le temps passe imperturbablement

    Chaque année, le premier janvier est présent

    Tel l'équinoxe du printemps

    On ne s'aperçoit du changement

    Jusqu'au jour ou le corps rechigne

    Tel une veille machine

    Et la on s'aperçoit du fardeau des ans

    Et on comprend, tristement que mourir c'est le néant

    Mais vieillir quel tourment

    Car rien n'est plus angoissant

    Que la déchéance

    Du corps en souffrance

    Du coup la mort me paraît douce

    Car elle est délivrance de mes souffrances

    Mais je compte bien en 2006

    Etre encore là pour vous parler de mon amour, de mes désirs, de ma folie

    Dans ce monde teinté de désirs

    Sublimation d'une douce folie

    Je vous envoi tout mes vœux coloré de plaisir


    26 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires